LES RETRAITES COMPLÉMENTAIRES BAISSENT … ET CELA VA CONTINUER

Retraite / 26.01.20181 Commentaires

retraite complémentaire LSI

Pourquoi ?

L’ARRCO et l’AGIRC ont enregistré de tels déficits ces dernières années qu’il a fallu réagir pour éviter la faillite. Par un accord des partenaires sociaux du 30 octobre 2015, un certain nombre de mesures ont été prise afin de retrouver l’équilibre de ces régimes. Certaines sont en application depuis le 1er janvier 2016, d’autres  interviendront au 1er janvier 2019.

Ce n’est pas sans conséquence pour vous, surtout si vous êtes Cadre : Dans ce cas, la retraite complémentaire représente environ 60% de votre retraite totale.

Les mesures mises en place dès 2016 et pour 3 ans 

  • le prix d’achat des points ARRCO et AGIRC grimpe (de la hausse du salaire moyen majoré de 2%) :

A titre d’exemple, en 2015  un salarié percevait 65,60 € de retraite complémentaire par an pour 1.000 euros cotisés. Fin 2018, il ne touchera plus que 60 €.

  • les pensions ne suivent plus l’inflation, mais sont revalorisées 1 point au-dessous

 

  • les dates de revalorisation sont décalées du 1er avril au 1er novembre.

Ce qui nous attend en 2019

Le système de bonus/malus

Jusqu’alors, les salariés qui partaient à l’âge légal et qui avaient la durée d’assurance requise dans le régime de base pouvaient aussi obtenir leurs pensions complémentaires sans décote. Cela va changer pour ceux (nés en 1957 et après) qui prennent leur retraite à partir du 1er janvier 2019 : S’ils ne reportent  pas d’un an leur départ – à partir du moment où ils ont l’âge légal et le taux plein –  un malus de 10% s’appliquera sur leurs pensions ARRCO/AGIRC pendant 3 ans, et au maximum jusqu’à l’âge de 67 ans. (si ils reportent davantage leur départ, ils pourront bénéficier d’un bonus de 10, 20 ou 30% – mais seulement dans la limite d’un an).

A noter : les salariés prenant leur retraite anticipée au titre d’une carrière longue seront également concernés par ce malus.

En revanche, seront exonérés : – les retraités ayant bénéficié d’une retraite pour inaptitude ou d’une retraite anticipée au titre du dispositif amiante – les retraités à très faibles revenus qui sont exonérés de CSG  (ceux qui bénéficient d’un taux réduit de CSG ne subiront qu’une décote de 5%). – les retraités présentant un handicap – les retraités ayant élevé un enfant handicapé ou justifiant du statut d’aidant familial.

La fusion de l’ARRCO et de l’AGIRC

A partir du 1er janvier 2019, tous les salariés du privé – cadres et non cadres – cotiseront à une caisse de retraite complémentaire unique : le « régime unifié Agirc-Arrco ». Tous les points de retraite acquis avant la fusion par les cadres ou les non- cadres seront conservés,  mais de nouvelles règles communes vont être établies. Syndicats et patronat se sont réunis en novembre 2017 pour fixer ces règles qui suscitent encore beaucoup de questions et de commentaires …

Pour aller plus loin, lire nos articles :

Par Emmanuelle Sallé. Contact : es@liaison-sociale.fr

Comments
  1. Pingback: Retraite complémentaire: Il vous reste 1 an ! - Liaison Sociale Interprofessionnelle

Réagissez sur cet article !

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>