1 retraite sur 10 est erronnée

Non classé / 23.03.20180 Commentaires

Attention, un dossier de retraite sur dix comporte des erreurs. Comment les éviter ?

Dossier de retraite

Partir en retraite ne s’improvise pas !

Quel que soit son statut, il est important de préparer son dossier en amont.

Les documents envoyés par les caisses ne sont pas exempts d’erreurs ou d’omissions.

Il convient de les examiner de manière détaillée.

Effectivement, on a tout intérêt à préparer son départ en retraite le plus en amont possible.

Cela permet de déterminer à quel âge il est possible de bénéficier du taux plein mais également de s’interroger sur l’opportunité de racheter des trimestres ou de prolonger son activité.

Sachez néanmoins que la Cour des Comptes a relevé que près de 10% des montants de retraite comportent des erreurs à la CNAV.  Cela atteint même 20 % des dossiers retraite dans certaines CARSAT.

Près d’une retraite sur dix est erronée au régime général

Deux documents sont adressés systématiquement à tous les futurs retraités,  qui leur permettent d’avoir une vision à la fois globale et détaillée des droits acquis auprès de chaque régime :

  • le RIS (relevé individuel de situation) qui est envoyé tous les 5 ans à partir de 35 ans.
  • l’EIG (estimation indicative globale) qui est beaucoup plus complet et qui est adressé tous les 5 ans à compter de 55 ans.

Il est essentiel de vérifier que le RIS ou l’EIG coïncident bien avec la carrière.

Certaines périodes ont plus de risques que d’autres d’être oubliées. Il faut être particulièrement vigilant sur :

  • le service militaire,
  • les jobs d’été,
  • les périodes de chômage.
  • et enfin, les années durant lesquelles il y a eu plusieurs employeurs. Les revenus cumulés peuvent parfois augmenter le nombre de trimestres validés sur l’année et améliorer le salaire annuel moyen.

Attention aux cas où l’entreprise fait faillite, aux années d’apprentissage ou de travail à l’étranger.

Attention également aux changements de statut.

Que faire lorsqu’une erreur est relevée ?

Il y a des cas de figure plutôt simples de validation sur présomption, par exemple, une période lacunaire en milieu d’activité chez un même employeur…

Et il y a des cas de figure plus complexes, l’employeur n’a pas versé les cotisations, on ne retrouve pas ses bulletins de paye, l’entreprise n’existe plus…

La première chose à faire, est d’informer le régime dont est issue l’anomalie.

Lorsque des périodes n’apparaissent pas sur un relevé de carrière, il est possible de demander une régularisation à sa caisse de retraite. Mais attention, c’est à l’assuré qui en fait la demande d’apporter la preuve de son activité et des cotisations versées.

Il est également possible d’effectuer directement cette démarche en ligne mais seulement à partir de 55 ans.

Un conseil : se préoccuper de sa retraite le plus tôt possible, et rassembler tous les documents utiles pour faire rectifier d’éventuelles informations manquantes ou erronées que ce soit des périodes non validées ou des revenus inexacts.

Par Emmanuelle Sallé

Email: es@liaison-sociale.fr

Téléphone: 02 35 12 45 81

Réagissez sur cet article !

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>