LA TRANSITION EMPLOI-RETRAITE, un sujet « tendance »

Non classé / 25.06.20200 Commentaires

La Réforme des retraites a été suspendue pour cause de crise du COVID.

Va-t-elle finir quand même par être adoptée ?  Le mystère reste entier …  aucune information n’a encore filtré à ce sujet.

Quelle que soit la suite, le grand débat qui a eu lieu sur la construction d’un système Universel a eu le mérite de relancer la question de l’emploi des seniors et de la nécessité d’aménager les fins de carrière.

Il est vrai que si un âge pivot autour de 64 ou 65 ans devait être adopté, il faudrait bien aider les Français à travailler plus longtemps.

D’où plusieurs pistes aujourd’hui à l’étude pour apporter plus de souplesse à la règlementation actuelle et sortir du schéma classique « Cessation totale d’activité/ Départ à la retraite ».

Dans l’air du temps

Une étude sur l’emploi des Seniors (rapport Bellon), remise au gouvernement en janvier dernier, fait le constat d’une nette progression de leur chômage sur les 10 dernières années :  4,3% en 2007 pour  6,5% en 2018.

Et l’on sait bien que retrouver une activité est nettement plus compliqué après 55 ans. Dès lors, il faut tout faire pour maintenir dans l’emploi les « travailleurs expérimentés ».

Parallèlement, une idée fait son chemin, celle de mettre le “bien vieillir au travail” au coeur des politiques de prévention et de santé – en particulier de l’intégrer à la future réforme de la santé au travail.

Il est question, entre autres, de fluidifier les relations entre les médecins du travail, les médecins traitants et les entreprises, ou encore d’abaisser les seuils déclenchant l’obligation de négocier un accord sur la pénibilité.

Egalement, le rapport Bellon préconise une hausse des investissements faits dans la prévention des risques professionnels, avec un ciblage précis sur le vieillissement. Il propose ainsi une hausse de la part du budget de la branche AT/MP (assurance accidents du travail et maladies professionnelles) consacrée à la prévention. Il est aussi suggéré de rendre éligibles au crédit d’impôt recherche les programmes d’innovation technologique en matière de prévention.

Des mesures concrètes

« Couteux, résistants au changement, difficiles à manager, lents dans les apprentissages, peu innovants, pas assez engagés, trop usés, insuffisamment productifs … les stéréotypes négatifs associés aux travailleurs seniors ont la vie dure » ont souligné les experts.

Et si l’on changeait d’abord de regard ?

Plus concrètement,  le changement doit aussi passer par l’assouplissement de dispositifs légaux, déjà en place mais insuffisamment utilisés.

C’est ainsi que Muriel PENICAUD, juste avant le confinement, a déclaré qu’elle voulait  «lever les freins » à l’essor de la retraite progressive et du cumul emploi-retraite.

Cela se traduirait, dès le 1er janvier 2022, par :

  • l’ouverture de la retraite progressive aux cadres qui sont au forfait jour
  • la mise en place d’un cumul emploi-retraite générateur de nouveaux droits.

Quasiment tous les pays de l’OCDE offrent aujourd’hui un recours à la « retraite flexible », la France est encore à la traîne … Elle devrait bientôt se mettre au diapason pour proposer des solutions plus attrayantes.

Affaire à suivre, donc.

Réagissez sur cet article !

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>