Comment m’informer sur ma future retraite ?

Retraite / 23.11.20160 Commentaires

Si vous êtes né en 1981, 1976, 1971 ou 1966, vous avez reçu ou recevrez prochainement votre relevé de carrièreC’est ce que l’on appelle le Relevé de Situation Individuelle (RIS).

Si vous êtes né en 1961, 1956 ou 1951, c’est une estimation de votre retraite qui vous est envoyée cette année. C’est ce que l’on appelle l’Estimation Indicative Globale. (EIG)*.

 Ce document vous permet de vous faire une idée du montant de vos différentes pensions de retraite de base et complémentaire, en fonction de la date à laquelle vous choisirez de les liquider.

Attention :

Cette estimation projette vos droits à retraite en fonction de votre dernière situation connue. Si votre rémunération a évolué, si vous avez changé de statut  ou si vous avez interrompu votre activité, il n’en sera pas tenu compte. De même, si certaines périodes n’ont pas été comptabilisées par erreur.

Par ailleurs, l’EIG ne tient en général pas compte des enfants que vous avez eus. Les majorations de trimestres  ou de pension qui vous sont dues à ce titre peuvent ne pas figurer dans votre document. Enfin, l’EIG ne vous éclaire pas sur vos possibilités de départ anticipé.

Pour un bilan précis, contact :  Emmanuelle SALLÉ – 02 35 12 45 81 – es@liaison-sociale.fr

* Ces deux documents vous sont envoyés tous les 5 ans, à partir de 35 ans pour le R.I.S et 55 ans pour l’E.I.G. Vous pouvez  aussi les retrouver sur www.lassuranceretraite.fr en créant votre espace personnel.

Lire la suite >>

Anticiper sa retraite, pourquoi, pour qui, comment ?

Retraite / 23.11.20160 Commentaires

La retraite progressive est peut-être le dispositif adapté à votre situation.

Vous avez 50 ans et les enjeux de votre retraite comptent maintenant parmi vos préoccupations. Afin d’envisager sereinement le statut de retraité, vous devez prendre connaissance des différents dispositifs existants. Avez-vous pensé à la retraite progressive ?

 Ce dispositif de passerelle entre vie active et retraite peut être une bonne alternative temporaire au cumul emploi retraite. La retraite progressive peut ainsi vous offrir l’opportunité de réduire votre temps de travail tout en bénéficiant d’une partie de vos droits à retraite.

L’un des principaux atouts réside dans le fait que les cotisations payées pendant la phase de retraite progressive continuent à produire des droits à retraite. C’est également une bonne réponse aux problématiques de transmission d’entreprise. Ce dispositif contribue en effet à une transition en douceur.

Les enjeux économiques et sociaux sont primordiaux pour tout assuré, c’est pourquoi la notion d’anticipation est essentielle. La retraite progressive est peut-être votre solution retraite si vous remplissez les conditions pour en bénéficier.

Chaque cas étant très différent, le conseil d’un professionnel est nécessaire en la matière.

es@liaison-sociale.fr

Lire la suite >>

Le rachat de trimestre est-il fait pour vous ?

Retraite / 23.11.20160 Commentaires

A l’heure où vous commencez à vous pencher sur votre fin de carrière, il n’est pas rare que vous soyez déçu : Vous constatez que vous allez devoir continuer à travailler bien après votre date légale  de départ si vous voulez avoir le taux plein.

Les conditions du rachat de trimestres sont actuellement favorables,  pourquoi ne pas en profiter ?

Si vous n’avez pas le nombre de trimestres requis, vous serez doublement pénalisé : d’abord, le taux de votre retraite de base sera minoré par application d’une décote – ensuite, le montant de votre pension sera réduit en proportion du nombre de trimestres qui vous manquent. Cela uniquement en régime de base !  Mais plus encore, les conséquences se feront sentir sur vos régimes complémentaires puisque vous devrez supporter des coefficients de minorations sur vos retraites ARRCO/AGIRC

Pour ne pas subir de pénalités, vous pouvez racheter tout ou partie des trimestres qui vous manquent pour allonger artificiellement votre durée d’assurance, via le dispositif de «versement pour la retraite». Il est possible de racheter des trimestres au titre de ses années  incomplètes  ou au titre de ses années d’études supérieures.

Cette opération peut vous permettre de travailler jusqu’à 3 ans de moins et de partir dès l’âge minimal de la retraite applicable à votre génération. Mais pas avant cet âge minimal : les trimestres rachetés ne sont pas pris en compte pour un départ anticipé.

Pourquoi racheter des trimestres actuellement ?

1/ Racheter des trimestres de retraite permet de bénéficier d’une déduction fiscale très intéressante.

Celle-ci s’applique en trois temps, le cas échéant :

Les versements sont d’abord totalement déductibles des salaires l’année où ils sont effectués (hors plafonnement des niches fiscales). Cette opération a lieu avant la déduction forfaitaire ou la déduction réelle pour frais professionnels. Si le montant des versements est plus élevé que celui des salaires, le déficit ainsi créé est ensuite totalement imputable sur le revenu global. Enfin, si le revenu global ne peut éponger ce déficit dans sa totalité, celui-ci peut être reporté sur le revenu global des six années suivantes.

2/ Racheter des trimestres est devenu plus facile.

  • Cette possibilité a été étendue jusqu’à 67 ans, au lieu de 60 ans auparavant.
  • Jusqu’en janvier 2014, il était impossible de racheter au titre de ses années d’études supérieures lorsque l’on avait en même temps été  affilié à un régime d’assurance vieillesse,  par exemple au titre d’un job d’étudiant trop peu payé pour rapporter des trimestres. Cette condition a été supprimée.

3/ Racheter des trimestres permet d’anticiper les réformes qui vont tomber prochainement.

  • Les réformes en cours :
    • le système de liquidation unique des retraites applicable au 1er juillet prochain qui pénalise les pluripensionnés (voir notre article « faut-il demander sa retraite avant le 1er juillet »);
    • le système de bonus/malus dans les régimes ARRCO/AGIRC applicable au 1er janvier 2019.
  • Les réformes à venir :
    • Tout porte à croire qu’après les élections présidentielles, une réforme d’ampleur sera effective.
    • Aujourd’hui, le rachat de trimestres pour obtenir une retraite de base au taux plein augmente mécaniquement les retraites complémentaires puisqu’elles ne subissent plus d’abattement. Cet effet de levier, qui est particulièrement intéressant pour les cadres, résulte de l’actuel accord AGFF qui prend fin le 31 décembre 2018. Si vous devez faire liquider votre retraite après cette date, il n’est pas certain que cet avantage sera maintenu.

Et pour vous, est-ce le bon moment ?

  • Vous payez beaucoup d’impôt sur le revenu.

La somme investie dans le rachat est déductible de votre revenu imposable, sans limitation. Plus votre taux marginal d’imposition est élevé (41 ou 45%), plus votre  rachat est avantageux.

  • Racheter plus jeune permet d’obtenir un tarif plus intéressant.

Ainsi par exemple,

  • Rachat à 55 ans : 3 973 € (option 1) – 5 888 € (option 2)
  • Rachat à 60 ans : 4 854 € (option 1) – 6 472 € (option 2)

Une ristourne est même prévue depuis 2015 pour les étudiants qui font un rachat dans les 10 ans suivant la fin des études.

Mais malgré les économies d’impôt et les ristournes, attention de ne pas racheter trop tôt !  En réalité, il s’agit de racheter lorsque vous êtes tout proche de votre départ.

Pourquoi ?

  1. Les modes de calculs des pensions vont changer en fonction des réformes à venir. Comment être certain dans ces conditions que le rachat de trimestres restera intéressant ?
  1. Vous ne savez pas comment va se terminer votre carrière.

Ainsi, si vous deviez êtes  déclaré inapte au travail, vous  obtiendrez le taux plein automatiquement. Si vous deviez passer par du chômage, vous valideriez des trimestres gratuitement. De même, vous pourriez finalement souhaiter continuer à travailler plus longtemps pour des raisons personnelles.  Dans tous ces cas, vous aurez racheté des trimestres pour rien.

  1. Un rachat de trimestres peut être réalisé en quelques mois.

Dans cette mesure, autant racheter  au plus près de sa date de liquidation, ce qui permet de ne prendre aucun risque.

A faire dès maintenant :  vous pencher sur votre futur rachat de trimestres afin de pouvoir le provisionner.

La question n’est pas : faut-il étudier l’opportunité d’un rachat de trimestres ? La réponse est oui.

Les vraies questions sont :

  • Ai-je droit à un rachat ?
  • Quel type de rachat ?
  • Quelle option choisir ?
  • Quel sera mon retour sur investissement ?

Ce type d’opération nécessite une étude de rentabilité précise. Pour toute demande d’information :Mme Emmanuelle SALLÉ – es@liaison-sociale.fr  – 02 35 12 45 81

Lire la suite >>

Pourrez vous partir à la retraite à l’âge que vous aviez prévu ?

Retraite / 23.11.20160 Commentaires

Les dernières réformes ont clairement fait reculer l’âge du départ en retraite

  • DANS LE REGIME DE BASE, l’âge légal de départ en retraite a été relevé et la durée de cotisation a été rallongée.

Avec les réformes de 2010 et 2012, l’âge minimum de départ est passé de 60 à 62 ans. Par ailleurs, pour obtenir une pension à taux plein, il est nécessaire d’avoir accumulé un certain nombre de trimestres. Alors qu’il suffisait de 160 trimestres pour un assuré né en 1948,  il en faut 166 pour un assuré né en 1955.Avec la réforme de 2014, cette durée augmente d’un trimestre tous les trois ans, jusqu’à  atteindre 172 trimestres pour les assurés nés en 1973.

  • DANS LES REGIMES COMPLEMENTAIRES,

Par un accord du 30 octobre 2015, les partenaires sociaux ont décidé notamment : Dès 2016, une augmentation du coût d’achat du point : pendant 3 ans – mais il y a de grandes chances pour que la mesure soit en réalité pérennisée –  le coût d’achat du point de retraite est majoré de 2%. Autrement dit, à salaire équivalent, on obtient moins de points, et donc moins de pension.

A partir de 2019, l’instauration d’un système de bonus-malus :

Concrètement, une personne partant à l’âge légal, à 62 ans, verra ses pensions complémentaires amoindries de 10%, en ARRCO et en AGIRC,  pendant les 3 premières années, même si elle possède une durée d’assurance suffisante pour bénéficier du taux plein.

(Ce malus disparaîtra et pourra se transformer en bonus pendant un an si le salarié prolonge son activité – lire notre article : « demain, une retraite à la carte ? »

L’âge effectif du départ à la retraite recule. Il est à présent conditionné non seulement par la réglementation relative à l’âge minimum mais aussi par le montant des pensions : les salariés doivent retarder leur départ afin de préserver leur pouvoir d’achat.  Cette tendance ne peut que s’accélérer, compte tenu des réformes nécessairement à venir  très prochainement.

En effet, la dernière réforme des retraites n’a pas réglé le problème. Deux ans après, l’horizon s’obscurcit déjà. D’après les nouvelles prévisions du Conseil d’orientation des retraites (COR), le retour à l’équilibre du système est repoussé « du milieu des années 2020 » au « tout début des années 2030 ».

Mais pour y croire mieux, vaut avoir une nature optimiste. Car pour ce scénario central, envisagé parmi quatre autres, le COR table sur une hausse des salaires de 1,5% et surtout sur une baisse du taux de chômage jusqu’à 4,5% (contre 10% aujourd’hui). L’hypothèse pessimiste, fondée sur la persistance d’un chômage à 10%, creuse le déficit pendant 10 ans de plus.

D’autres réformes d’ampleur devraient donc intervenir après les élections de 2017.  Les besoins de rééquilibrage des comptes de l’assurance retraite sont immédiats, les réserves pouvant être épuisées d’ici 2022.

Dès aujourd’hui, certaines pistes sont avancées, notamment un relèvement de l’âge légal de départ et une nouvelle augmentation de la durée d’assurance.

 Plus que jamais, il est donc nécessaire de se pencher sur les solutions permettant d’optimiser son départ : cumul emploi-retraite, rachat de trimestres, retraite progressive. 

    

Pour toute information, contact : LSI – Mme Emmanuelle SALLÉ 02 35 12 45 81 : es@liaison-sociale.fr

 

 

Lire la suite >>

Devez vous prendre votre retraite avant juillet prochain ?

Retraite / 23.11.20161 Commentaires

Si vous êtes polypensionné  (vous avez cotisé à plusieurs régimes au cours de votre carrière), vous êtes concerné par la procédure simplifiée de liquidation des retraites issue de la dernière réforme de de 2014 qui vient d’être mise en place par deux décrets parus au mois de septembre.

Voir notre article : « Nouveauté : demande de retraite unique en ligne ».

Le nouveau système, baptisé LURA (pour Liquidation Unique des Régimes Alignés) permet d’avoir un seul interlocuteur au moment de demander sa  retraite. L’objectif affiché par le gouvernement : moins de complexité administrative, moins de frais de gestion, plus de cohérence.

Il est également prévu, pour le mois de juillet prochain,  que le retraité ne perçoive plus qu’une seule pension, versée par le dernier régime d’affiliation.  Cette pension unique ne sera pas la somme des retraites de chacun des régimes mais une retraite fusionnée.

Des règles de compensation entre les régimes vont donc être mises en place.

Ainsi, cette réforme qui,  a priori ne fait que simplifier la procédure de liquidation des droits,  va en fait venir modifier certains paramètres de calcul  pour les assurés nés en 1953 et après.

Certains futurs retraités y gagnent, d’autres y perdent.  Chaque cas est particulier.

A retenir :

Les personnes qui ont eu une double activité et qui ont cotisé à deux régimes alignés en même temps vont être pénalisées.

Le manque à gagner peut être très important.

Pourquoi ?

 

  • Le calcul des trimestres :

 Actuellement, le polypensionné perçoit une retraite calculée sur la base du nombre total de trimestres cotisés dans chacun des régimes. Par exemple, si pour la même année il a cotisé 4 trimestres au Régime général et 4 trimestres au RSI, chacun des régimes prendra en compte ses 4 trimestres, soit 8 au total. A partir de juillet 2017, l’assuré ne pourra faire valoir que 4 trimestres au maximum (la fusion de la carrière entraîne un plafonnement des trimestres).

  • Le calcul du salaire annuel de référence :

 Rappelons que le SAR est la moyenne des 25 meilleures années de rémunération arrêtées au plafond de la sécurité sociale. Actuellement, le calcul du SAR d’un polypensionné est proratisé  dans chacun de ses régimes, en fonction de la durée cotisée. A partir du 1er juillet 2017, la proratisation du SAR n’aura plus lieu d’être, la retraite sera calculée sur les 25 meilleures années tous régimes confondus.

Les revenus des années simultanées seront fusionnées mais limitées à un seul PASS (8 616 € en 2016).

Exemples :

  • Salaire validé au régime général : 34 000 €
  • Salaire validé au RSI : 25 000€.
  • Total : 59 000 €, mais seulement 38 616 € retenus – les cotisations payées sur la différence (20 384 €) seront à fond perdu.

Si vous êtes polypensionné et que vous pouvez prendre votre retraite à taux plein avant le 1er juillet prochain, que ce soit dans le cadre d’un départ normal ou d’un départ anticipé (longue carrière, inaptitude, etc),  vous avez tout intérêt à demander des simulations afin de pouvoir prendre une décision.

Contact :

Liaison Sociale Interprofessionnelle (LSI)

Mme Emmanuelle SALLÉ

es@liaison-sociale.fr

02 35 12 45 81

Lire la suite >>

NOUVEAUTE : Demande de retraite unique en ligne 

Retraite / 09.06.20160 Commentaires

Si vous avez cotisé à plusieurs régimes durant votre carrière, vous pouvez désormais faire votre demande de retraite unique en ligne.

Il s’agit du nouveau système LURA (Liquidation Unique des Régimes Alignés). Il  permet de simplifier les démarches – par internet, vous effectuez votre demande en une seule fois pour l’ensemble de vos régimes.

A noter :

Ce système  ne concerne que les régimes dits « alignés » c’est-à-dire dont les règles de calcul des pensions sont semblables : régime général des salariés (CARSAT), régime des indépendants (RSI), régime des salariés agricoles (MSA). Les professions libérales, fonctionnaires, exploitants agricoles et ressortissants de régimes spéciaux ne sont pas concernés. Par ailleurs,  il n’est valable que pour les régimes de base et ne vous dispensera pas de faire une autre demande auprès de vos régimes complémentaires.

Attention : Cette réforme n’est pas sans incidence sur le montant de votre retraite.

Voir notre article : « devez-vous prendre votre retraite avant le 1er juillet prochain ? »

Lire la suite >>