Viewing posts categorised under: Santé

Quand Le PLFSS 2018 Passe, C’est Les Complémentaires Qui Trépassent

Santé / 10.10.20170 Commentaires

PLFSS 2018

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 ou PLFSS 2018 a été présenté ce jeudi 28 septembre 2017. Il contient bon nombre de mesures qui intéressent directement les entreprises et leurs salariés. Certaines mesures doivent s’appliquer dès 2018. Pour d’autres, il faudra attendre le 1er janvier 2019.

Une hausse du forfait hospitalier (18 à 20€ par jour) viendrait s’ajouter à des revalorisations tarifaires issues des négociations conventionnelles. Cette augmentation de la participation des malades aux frais hôteliers se traduirait par une nouvelle charge de 200 M€ pour les organismes d’assurance maladie complémentaire.

La dernière augmentation du forfait hospitalier remonte au 1er janvier 2010, date à laquelle il était passé de 16 à 18 €. Créé en 1983, il s’élevait à l’époque à 20 francs, et se montait à 13€ en 2004 peu après le passage à la monnaie commune. Sa prise en charge par les organismes complémentaires est rendue obligatoire par le cahier des charges des contrats responsables, qui représentent la quasi-totalité du marché.

Des questions sur l’hôpital

D’autres mesures du PLFSS pourraient aussi peser sur les complémentaires santé. A ce jour, aucune information n’a filtré quant à d’éventuels déremboursements ou transferts vers l’assurance maladie complémentaire. Mais, dans le monde hospitalier, certains craignent des mesures financières, comme des baisses de remboursement, touchant la chirurgie. Un autre enjeu du budget de la sécu concerne la volonté du gouvernement de tendre vers le reste à charge zéro en optique, audioprothèse et dentaire.  Concernant ce dernier, aucune mesure n’est à attendre dans le PLFSS, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn ayant relancé les négociations conventionnelles avec les syndicats de la profession, et repoussé d’un an le règlement arbitral qui prévoyait des revalorisations tarifaires.

En revanche, il pourrait en aller autrement en optique et en audioprothèse, à moins que le gouvernement ne préfère traiter cette problématique du reste à charge dans le cadre de la stratégie nationale de santé, qui sera adoptée par décret.

Une charge totale supérieure à 400 M€

Quoi qu’il en soit, l’augmentation du forfait hospitalier viendrait s’ajouter à la charge des revalorisations tarifaires issues d’une part de la convention médicale signée en 2016, d’autre part d’un avenant à la convention des pharmacies d’officine signée en juillet dernier. La première se traduirait, au titre du ticket modérateur, par une dépense pouvant être estimée jusqu’à 180 M€ en année pleine pour les complémentaires santé. Quant au second, qui vise à faire évoluer le mode de rémunération des officines en le diversifiant, il s’accompagne d’un investissement de 280 M€, dont 160 M€ pour l’assurance maladie obligatoire et 120 pour les organismes complémentaires, montant étalé sur les années 2018 à 2020.

Ne subissez pas ces augmentations sans agir, contactez nos conseillers pour optimiser vos contrats santé !

Lire la suite >>

Complémentaire santé d’entreprise et anciens salariés : un décret tant attendu ?

Santé / 14.04.20176 Commentaires

Une analyse du décret du 21 mars 2017 qui modifie les conditions tarifaires proposées aux anciens salariés souhaitant bénéficier du maintien de la couverture frais de santé dans le cadre de la loi Evin. 

Deux ans d’attente quasiment et deux versions d’un projet soumis à concertation plus tard pour deux courts articles d’un décret paru au Journal officiel du 23 mars 2017. Deux articles qui poseront bien plus de questions pour les employeurs, les assureurs et les individus concernés. Le décret du 21 mars 2017 tend à réorganiser en partie la complémentaire santé, au moment du départ, des salariés (retraités, chômeurs et invalides) assurés jusqu’ici via leur employeur.

Généralisation de la complémentaire santé

Le cadre posé par l’article 4 de la loi Evin du 31 décembre 1989 (et diverses jurisprudences) se veut protecteur : cette complémentaire santé doit être proposée par les assureurs des contrats collectifs dans les termes suivants :

  • pas de sélection médicale, pas de délai de carence ;
  • mêmes garanties à niveau identique que celui prévu par le contrat d’assurance pour les actifs ;
  • une cotisation d’assurance qui peut être plus importante mais qui était plafonnée (pas plus de 50%  des « tarifs globaux applicables aux salariés actifs ») ;
  • un maintien viager de ce dispositif pour les assurés.

Pour les entreprises et les salariés, la complémentaire santé avec la généralisation rime depuis quelque temps avec une certaine complexité :

  • des obligations pour les employeurs, du fait de la loi ou du fait des accords de branche professionnelle négociés pour la cause ;
  • une concurrence exacerbée sur le marché de l’assurance santé entre les différents opérateurs ;
  • une fiscalisation du financement de ces régimes et une augmentation constatée de redressements Urssaf ;
  • des tentatives de contrôle des pratiques tarifaires des professionnels de santé et des remboursements pour les assurés (contrats responsables) ;

Progressivité du plafond de la cotisation

Le décret du 21 mars 2017 quant à lui entend aller plus loin sur l’encadrement tarifaire imposé aux assureurs puisqu’il met en place un système progressif du plafond de la cotisation :

  • la 1e année, même cotisation que le tarif global des salariés en activité ;
  • la 2e année, la cotisation ne peut être supérieure de plus de 25% à ce tarif global ;
  • la 3e année, la cotisation ne peut être supérieure de plus de 50%.

Fini le plafond maximal de plus de 50% très souvent appliqué dès la 1e année par les organismes assureurs !

Toutefois ce nouveau texte soulève déjà quelques perplexités pour son application :
Le plafonnement progressif serait mis en place à compter de la date d’effet du contrat ou de l’adhésion (d’assurance) ;  comment comprendre ce point alors que la logique jusqu’ici était de de proposer un dispositif (et donc le tarif) au départ du salarié de l’entreprise ?

Quid après la 3e année en matière de niveau de cotisation alors que la relation contractuelle est maintenue viagèrement ? Les assureurs semblent, avec la rédaction adoptée, retrouver une certaine liberté tarifaire à partir de la 4e année (ce qui n’est pas incongru);

La nouvelle mesure s’applique aux contrats d’assurance souscrits et aux adhésions intervenant à compter du 1er juillet 2017. Pourquoi cette date d’effet pour des contrats dont l’échéance et le renouvellement coïncident pour l’immense majorité au 1er janvier? Comment l’organisme assureur  va-t-il appréhender la gestion de cohortes successives de contrats?
Sans compter que demeurent les questions originelles de ce dispositif telles que la référence prise pour la  nouvelle cotisation (« le tarif global des actifs »)…

Les enjeux pour les entreprises

L’enjeu pourrait être de taille pour les organismes assureurs sur lesquels repose l’obligation en premier lieu, face surtout à l’effet conjugué de la généralisation de la complémentaire santé des salariés et de l’accroissement inexorable des départs en retraite (principaux bénéficiaires de l’article 4 de la loi Evin).

Les entreprises ne sont pas en reste puisqu’elles peuvent être impliquées selon plusieurs niveaux croissants de responsabilités dans le dispositif. En particulier :

  • en tant que concepteur ou négociateur de la complémentaire santé des actifs : en plein essor de la restructuration de ces complémentaires pour se mettre en conformité d’ici le 31 décembre 2017 avec la réglementation des contrats responsables et le développement des sur-complémentaires le plus souvent facultatives, l’employeur fait un choix qui est reporté sur la couverture proposée aux anciens salariés à titre temporaire avec la portabilité et à titre plus définitif pour les bénéficiaires de l’article 4 de la loi Evin ;
  • en tant que souscripteur d’un contrat d’assurance collective au bénéfice de ses salariés : l’employeur doit être vigilant sur les dispositions intégrées dans ce contrat par l’assureur pour la mise en œuvre de l’article 4. Il n’endosse certes pas la responsabilité du professionnel de l’assurance mais la jurisprudence a déjà condamné des entreprises pour manquement à une obligation d’information liée à ce dispositif vis-à-vis d’anciens salariés ;
  • en tant parfois que souscripteur d’un contrat collectif facultatif pour ses anciens salariés : l’entreprise leur propose ainsi un cadre contractuel plus maîtrisé et doit alors être soucieux des liens juridiques et équilibres techniques qui existent entre les deux contrats actifs/non actifs ;
  • en tant que financeur de la complémentaire santé : l’employeur peut aussi participer financièrement à la couverture de ses anciens salariés (souvent retraités). Ce financement  génère l’évaluation de passifs sociaux et entraîne une attention particulière sur le niveau des cotisations présenté.

Autant de rôles qui amèneront les entreprises à s’intéresser ou être intéressées par les changements apportés par le décret du 21 mars 2017 qui n’était peut-être pas si attendu.

 

Source : Actuel RH

Lire la suite >>